FAQ

Trouvez les réponses à vos questions dans chacune des trois catégories :

L'immersion en anglais

Pourquoi voudrais-je que mes enfants deviennent anglophones ?


Tout d’abord, parce que l’anglais est une langue qui ouvre une multitude de portes dans la vie et dans le monde. C’est non seulement la langue du voyage et la langue du commerce, mais aussi la langue par défaut en politique, en diplomatie, en sciences et dans bien d’autres domaines. Être anglophone, et être multilingue, d’une manière générale, ça signifie un monde d’opportunités.




Quel est l’intérêt pour mon enfant d’apprendre l’anglais si tôt ?


L’intérêt est immense : plus on commence une langue tôt, plus on en a une maîtrise profonde, et surtout naturelle. C’est d’ailleurs ce qui se passe avec sa propre langue maternelle. En commençant l’anglais si tôt, vos enfants en font en fait une langue maternelle. Au lieu d’apprendre à traduire (ce qui est souvent le cas à l’école lorsqu’une langue est enseignée plus tard dans la scolarité) ou au lieu de fournir beaucoup plus d’efforts pour apprendre une langue en immersion plus tard dans la vie, les enfants qui vont dans une école d’immersion apprennent à penser dans la langue et à la faire leur, autant que des natifs le font. Aussi, plus on commence tôt, plus nos cordes vocales et muscles labio-bucaux se forment pour pouvoir prononcer avec aisance et correctement les sons de la langue en question. Enfin, apprendre une seconde (ou troisième…) langue dès le plus jeune âge permet des connexions neuronales qui ne pourront être formées plus tard dans la vie, donnant au cerveau une plasticité et une diversité de mécanismes plus grande que pour des enfants monolingues.




Mes enfants deviendront-ils vraiment anglophones ?


Absolument. Quel que soit le système scolaire, les enfants passent une longue partie de leur vie à l’école. Comme l’école IA est un environnement anglophone à part entière, avec 4 adultes qui leur parlent anglais en permanence, les enfants reçoivent l’exposition à la langue nécessaire pour vraiment devenir anglophones.




Mes enfants seront-ils en retard en français ?


Non, mais pour bien comprendre la réponse à cette question, il est important de regarder le long terme. Quelle que soit l’école, le but est que votre enfant atteigne une excellente maîtrise de la langue locale (ici, le français) arrivé à l’âge adulte, et une maîtrise très bonne avant l’âge adulte. Ainsi un enfant doit pouvoir fonctionner dans la vie de tous les jours, mais les subtilités du langage, les registres de langue, les complexités linguistiques sont plus importantes pour les adolescents et les adultes. Les enfants des écoles d’immersion atteignent fréquemment des niveaux dans la langue locale (ici, le français) supérieurs à ceux d’enfants qui sont allés dans des écoles dans la langue locale. Toutefois, il arrive que les enfants qui vont dans des écoles d’immersion aient un retard initial dans leur propre langue. Il ne s’agit pas là d’un retard handicapant mais plutôt de tournures de phrases pas encore naturelle ou de vocabulaire pas encore acquis. Cela change au fur et à mesure que l’enfant grandit : il acquiert alors une maîtrise du français tout à fait comparable à celle des gens de son âge, voire supérieure. Enfin, à partir du CE1 ou CE2, les élèves de l’école IA auront des cours explicites de français, quelques heures par semaine. C’est ce qui est pratiqué dans la plupart des écoles d’immersion et qui donne les meilleurs résultats. Pendant ces cours, les élèves apprennent la grammaire, l’orthographe, la syntaxe de la langue française, comme ceux des écoles en français le font. Comme ils ont également des cours de langue en anglais, les élèves font facilement des liens et des transferts de connaissance. L’apprentissage est alors plus rapide et quelques heures de français par semaine suffisent.




Mes enfants vont-ils apprendre le français aussi ?


Oui. Avant d’expliquer le mécanisme, pointons que toutes les études sur les écoles d’immersion existantes montrent que les élèves maîtrisent au moins autant, et souvent mieux, la langue locale. Cela veut dire que non seulement vos enfants feront aussi l’acquisition du français, mais ils sont susceptibles d’en avoir une meilleure maîtrise que les enfants qui ont grandi dans un environnement monolingue. Cela est en partie expliqué par le fait que les aptitudes langagières acquises dans une langue sont naturellement transférées dans les autres langues, et aussi que les enfants multilingues sont tant habitués à une gymnastique linguistique et mentale qu’ils acquiert toutes les langues avec plus de rapidité. Pendant le kindergarten (école maternelle), vos enfants apprendront le français principalement hors de l’école : à la maison, dans la rue, chez des amis, lors d’activités extra-scolaires… Pas le peine de leur faire faire de la grammaire et de l’orthographe (on ne fait pas ça avant le primaire de toute façon, même dans les école en français), il feront l’acquisition du français naturellement. Certains enfants peuvent montrer une impression de retard initial, mais cela est vite rattrapé et surpassé avec les années. Enfin, des confusions sont naturelles et font partie du processus d’acquisition multilingue. Nous vous accompagnerons à ce niveau pendant toute la scolarité de vos enfants. À partir du CE1 ou du CE2, les élèves commencent à recevoir des cours de français, quelques heures par semaines. Ce n’est pas nécessaire de commencer plus tôt, car les concepts linguistiques (grammaire, syntaxe, orthographe…) sont alors enseignés en anglais, à propos de l’anglais, et ces concepts sont transférés naturellement pour d’autres langues. Les cours de français à partir du CE1 ou CE2 portent alors spécifiquement sur la grammaire française, l’orthographe française… Là encore, nous n’improvisons pas : l’enseignement en immersion moderne existe depuis des décennies et les études montrent que l’introduction de cours de langue locale (ici, le français) sont le plus bénéfique à partir du CE1 ou CE2. L’acquisition de l’anglais ne se fait donc pas à la place d’une excellente maîtrise du français, mais en complément et même en renfort.




Je ne parle pas anglais, mes enfants peuvent-ils aller à l’école IA ?


Bien sûr ! Justement, comme ça, vous leur offrez une opportunité qui ne vous a pas été offerte. L’école IA est ouverte à toutes les familles, quelle que soit la langue (ou les langues) que vous parlez à la maison.




Je ne parle pas anglais, vais-je pouvoir aider mes enfants dans leurs scolarité ?


Oui, bien sûr. Nous ferons des rencontres avec les parents de l'école IA pour fournir les resources nécessaires à vous accompagner dans ce défi.




Je ne parle pas anglais, comment vais-je communiquer avec l’équipe de l’école IA ?


Hannah, la directrice pédagogique du kindergarten (école maternelle), et Baptiste, le directeur administratif, parlent tous les deux français aussi. Vous pouvez nous parler en français ou en anglais, comme vous voulez. Par défaut, nos communications (messages, échanges oraux…) avec les parents sont en français, pour être sûr d’inclure toutes les familles.




Quels sont les autres avantages de l’immersion que l’acquisition d’une autre langue ?


Grandir multilingue a d’autres avantages que ceux apportés directement par la pluralité des langues qu’on parle. La plasticité cérébrale apportée par le multilinguisme est bénéfique pour toutes les activités intellectuelles auxquelles on a affaire. Les gens bilingues sont très souvent meilleurs en maths, ont une intelligence logique plus développée, sont plus aptes à comprendre les systèmes complexes et les différents modes opératoires… et bien sûr, sont plus efficaces dans l’apprentissage d’autres langues que celles qu’ils possèdent déjà. Ils sont souvent meilleurs pour comprendre les subtilités et les nuances. Enfin, les gens multilingues ont plus souvent une plus grande ouverture d’esprit, et donc une plus grande créativité dans les solutions qu’ils apportent.





Questions générales

Mes enfants vont-ils apprendre à écrire, lire, compter… ?


Oui, effectivement, à l’école IA, vos enfants apprendront les savoirs et savoir-faire qu’on enseigne dans la plupart des écoles du monde. Toutefois, chaque chose vient en son temps. Le kindergarten (école maternelle) est l’école dans laquelle les enfants doivent encore avoir beaucoup de temps pour jouer, pour explorer librement, pour poser leurs questions dans tous les sens, pour expérimenter ce qui les titille à chaque minute de la journée… Le kindergarten (école maternelle) correspond aux âges où on découvre le monde et les savoirs par sa propre exploration : on comprend petit à petit la grammaire et la syntaxe simplement en écoutant les autres parler et en les imitant ; on comprend les concepts mathématiques simplement en en faisant l’expérience lorsqu’un adulte partage la nourriture, en faisant de la cuisine, en comptant le nombre de personnes dans la pièce ; on comprend le concept de lettres, et approche la lecture et l’écriture en observant les livres qu’on nous lit ou qu’on feuillette, en observant les plus grands écrire… Le moment de l’instruction directe de l’écriture, de la lecture, des maths, et des autres savoir-faire, appartient plutôt à la primary school (école primaire) et aux niveaux qui suivent. Il y aura donc bien cette instruction directe à l’école IA, mais plutôt au primaire.




Quel est l’avantage d’être dans une classe multi-niveaux (multi-âges) ?


Quoi qu’il en soit, il y a des avantages et des inconvénients aux deux options (classe d’âges identiques vs. classe multi-âges). Selon les âges, les avantages de l’un surpassent ceux de l’autre. À l’école IA, nous croyons que pour les âges du kindergarten (école maternelle), un groupe multi-âges est extrêmement bénéfique, et plus que plusieurs groupes d’âges. Au kindergarten (école maternelle), les enfants apprennent par l’exploration spontanée, par le jeu, par l’expérimentation constante et souvent désordonnée, selon leur curiosité du moment. C’est donc un groupe d’âge tout à fait propice au mélange d’âges car il n’y a pas de buts académiques imposés. Le but est de faire l’expérience du monde, et cela peut se faire avec des plus grands comme avec des plus petits. Un but prioritaire d’apprentissage pour les 3-6 ans est l’ensemble des compétences socio-émotionnelles et notamment savoir interagir pacifiquement avec les autres, savoir coopérer, savoir canaliser ses émotions, savoir trouver sa place au sein d’un groupe et se créer sa propre bulle lorsqu’on a besoin de solitude. Cela est plus facile lorsque le groupe est constitué d’âges mélangés car les plus petits imitent les plus grands, qui ont déjà atteint ce stade, et les plus grands se forment à l’empathie et à la patience du fait de la présence des plus petits. Enfin, dans la jeune enfance, les enfants ont des niveaux de maturité (physique, émotionnelle, mentale…) extrêmement différents, même lorsqu’ils ont le même âge. Un enfant de 3 ans peut avoir la même maturité qu’un enfant de 5 ans alors qu’un enfant de 6 ans peut encore avoir la maturité d’un enfant de 4 ans. Les écarts sont bien plus présents que plus tard dans la scolarité. Il est donc préférable d’avoir des enfants d’âges mélangés au kindergarten (école maternelle) pour que chacun puisse trouver des camarades avec qui se développer à son niveau du moment.




L’école IA est-elle une école Montessori ?


Non, mais avant d’aller plus loin, entendons-nous sur ce qu’est une “école Montessori”. Une école Montessori est une école qui suit la pédagogie dictée par Maria Montessori, une pédagogue italienne qui a fait sensation il y a un siècle en élaborant une pédagogie différente de tout ce qu’il y avait à l’époque pour l’école maternelle. Vers la même époque, un pédagogue français (Freinet), un autrichien (Steiner) et d’autres ont commencé à révolutionner la vision de l’éducation et de l’école alors en place. Nous les remercions, car c’est grâce à eux que nous ne sommes plus tous silencieux les bras croisés et se faire frapper si on dit un mot sans qu’on nous l’ait demandé. Comme Maria Montessori fut une grande contributrice au changement pédagogique qui s’opère encore, et comme des figures médiatiques ont diffusé sa pédagogie en opposition à des pédagogies conservatrices parfois à l’œuvre à l’école, beaucoup de gens utilisent le mot “Montessori” à toutes les sauces. Certains entendent simplement “bienveillant”, d’autres appellent “Montessori” toute école différente de la norme de l’école publique ou catholique, et beaucoup d’écoles privées hors contrat surfent sur la vague et disent être “inspirés par la pédagogie Montessori” pour être sûres d’avoir le mot quelque-part, sans pour autant se référer à cette pédagogie. Quant à l’industrie du jouet, elle sort toute une panoplie de jouets “Montessori” qui, semble-t-il, veut simplement dire “stimulant” et si possible en bois. Si la question “l’école IA est-elle une école Montessori ?” veut dire “l’équipe de l’école IA est-elle bienveillante ?”, oui. Si la question veut dire “l’école IA fait-elle attention aux besoins des enfants ?”, oui. Si la question veut dire “l’école IA est-elle stimulante ?”, oui. Si la question veut dire “l’école IA est-elle différente de l’école publique et de l’école privée catholique ?”, oui. Mais si la question veut dire “l’école IA suit-elle la pédagogie Montessori ?”, non. Une différence notable entre l’école IA et la pédagogie Montessori est que nous mettons un fort accent sur le groupe. Nous vivons en communauté et l’âge du jeune enfant, c’est l’âge auquel on intériorise les comportements acceptables en groupe, ainsi que l’âge auquel, dans son individualité, on commence à comprendre comment se nourrir du groupe. C’est donc l’âge pendant lequel l’école doit harmoniser les dynamiques de groupe de manière joyeuse et paisible, pas l’âge pendant lequel exacerber la tendance naturelle à l’isolement des enfants en leur proposant des activités à faire seul, sans se soucier des autres à aucun moment (ce que propose davantage la pédagogie Montessori). Pour nous, il est essentiel d’avoir des moments de liberté individuelle (le jeu libre, par exemple), mais aussi essentiel d’apprendre à faire des concessions, des compromis, et de s’ouvrir à ce à quoi on n’aurait pas forcément pensé : lors d’activités en groupe auxquelles on doit participer. L’âge du kindergarten (école maternelle), comme tous les âges, est aussi un âge auquel il faut apprendre à collaborer et coopérer. Cela n’est possible qu’en mettant un accent sur le groupe. Pour autant, chaque enfant est guidé pour trouver sa propre individualité, sa propre originalité, et ses propres défis au sein du groupe. Une autre différence est la méthode d’apprentissage. La pédagogie Montessori reconnaît la valeur du jeu, mais elle appelle le jeu du “travail” et les enfants doivent enchaîner les travaux (ludiques) l’un après l’autre. À l’école IA, nous appelons jeu “jeu”. Jouer, ce n’est pas travailler, et ce n’est pas pour autant que ce n’est pas un apprentissage (ni que le travail ne puisse être agréable et épanouissant). Et apprendre en jouant, ça ne doit pas se faire en enchaînant les tâches en silence, mais en laissant libre cours à son imagination et à celle du groupe, en s’ouvrant aux stimulations et défis qui nous sont présentés en contexte, en collaborant avec les individus qui nous entourent.




L’école IA est-elle une école Steiner ou Waldorf ?


Non. D’ailleurs, seules les écoles accréditées par la fédération des écoles Waldorf/Steiner sont autorisées à pratiquer sous ce nom. Nous sommes une école avec notre propre pédagogie, basées sur les meilleures pratiques que nous avons observées lors de nos carrières autour du monde, et notamment les pratiques d’écoles nord-américaines et d’écoles internationales. Toutefois, nous nous retrouvons dans certains aspects de la pédagogie Waldorf/Steiner. Par exemple, comme dans les écoles Waldorf/Steiner, nous nous adressons à tous les aspects de l’individu : physique, manuel, émotionnel, mental, créatif-intuitif… Une éducation qui ne s’adresse qu’à un ou deux de ces aspects oublie toute une partie de l’individu auquel elle s’adresse. Nous aimons également l’accent mis par les école Waldorf/Steiner sur l’apprentissage dans la réalisation de tâches qui ont du sens dans le déroulement de la journée, en comprenant toutes les parties du procédé : par exemple, pour avoir du pain au repas, moudre le grain avec les enfants, mélanger la farine, l’eau, le sel et le levain, pétrir, faire cuire… Plutôt que de trouver des situations artificielles de travailler sur les mêmes aptitudes. Enfin, nous rejoignons aussi la pédagogie Waldorf/Steiner sur l’importance accordée au groupe et au fait de faire les choses ensemble, afin de créer un partage, de la joie en commun, le plaisir de faire partie d’un tout. En tout état de cause, nous différons aussi en plusieurs points des écoles Waldorf/Steiner, comme d’ailleurs des écoles Montessori, Freinet, Reggio, etc. Et nous trouvons bien plus avantageux de créer notre propre pédagogie. En effet, le risque de se rattacher à une pédagogie “prête-à-l’emploi”, outre le fait de ne pas être d’accord sur tout, c’est de se limiter et de devenir dogmatique : au lieu de se demander ce qui a le plus de sens pour l’enfant, pour sa famille, pour la classe, pour l’école, les établissements basés sur l’œuvre d’un.e seul.e pédagogue se demandent souvent ce qu’aurait fait ce.tte pédagogue. Or, cela n’est pas pertinent. Ce qui importe, c’est ce qui est le plus bénéfique dans le contexte donné.




Quel est l’avantage d’un rythme journalier imposé ?


À l’école IA, il y a des créneaux horaires imposés pour les différentes activités de la journée. Ainsi, vous ne pouvez pas déposer vos enfants à l’école plus tard que 9h, le déjeuner a lieu à la même heure pour tout le monde, et si c’est le moment de l’histoire, tous les enfants doivent y assister. Cela permet aux individus en formation que sont les enfants de prendre conscience du groupe et des besoins des autres individus qui les entourent. C’est aussi un moyen pour eux de comprendre que le bon fonctionnement du groupe (et par extension, de toute la société) dépend aussi des compromis qu’ils doivent accepter et des concessions qu’ils doivent faire. Aussi, cela forge un esprit d’équipe, une cohésion de groupe positive, une implication de tous pour le bien-être de tous. Par exemple, le moment du repas est bien plus apprécié de tous s’il est partagé. Plus qu’alimentaire, ce moment devient alors un moment de convivialité, d’échange, de joie. Il en va de même pour les autres moments de la journée. Enfin, cela pousse les enfants aussi à s’ouvrir à des activités auxquelles ils n’auraient pas songé ou qui ne les auraient pas intéressés de premier abord. Un rythme imposé, quand c’est fait dans la joie et l’explication, ouvre l’esprit. En dernier, notons aussi que dans un environnement en immersion dans une langue étrangère, un rythme journalier imposé est encore plus important car cela permet aux enfants de savoir à quoi s’attendre chaque jour de la semaine et chaque moment de la journée, même lorsqu’ils ne comprennent pas encore bien la langue qu’on leur parle. Il est bien plus facile d’avoir des émotions positives vis-à-vis du défi de l’environnement linguistique nouveau avec un rythme identique chaque jour, chaque semaine, que si tout change tout le temps en permanence. Au niveau de l’apprentissage de la langue, cela permet aussi d’offrir plus d’opportunités pour des répétitions, propices à l’ancrage linguistique, et plus d’opportunités d’essayer d’exprimer ce qu’on veut, en tant qu’enfant qui fait de nouveau face à une situation déjà rencontrée fréquemment pendant la semaine.




Mon enfant peut-il venir seulement une partie de la journée ?


Non, les enfants de l’école IA doivent être à l’école IA toute la journée du lundi, du mardi, du jeudi et du vendredi. L’arrivée à l’école se fait à partir de 8h15 et au plus tard à 9h. Le retour à la maison se fait à 16h30. Le mercredi matin est en option. Nous faisons ce choix pour créer un groupe cohésif. Un enfant qui ne vient qu’une partie de la journée est souvent moins intégré au groupe. Par ailleurs, il manque des activités essentielles à son développement. Certes, celles-ci pourraient être faites à la maison, mais elles ne constitueraient alors pas une partie de l’expérience commune du groupe. Toutefois, les enfants qui n’ont jamais été à l’école ni en collectivité pourront bénéficier d’une période d’adaptation, en commençant par quelques heures, en présence des parents, puis en augmentant le temps passé à l’école. Vous, comme votre enfant, serez pleinement accompagnés dans la transition maison-école. À noter aussi qu’il est par contre possible de ne venir à l’école IA qu’une seule demie-journée par semaine : le mercredi matin, lors de la “nature school”.




L'école primaire est-elle aussi basée sur le jeu ?


Non. Cela ne veut pas dire que nous ne nous amusons pas, mais le journée n'est pas structurée autour de jeux, alors que le jeu a une place bien plus prédominante au kindergarten (école maternelle) de l'école IA. En effet, les humains passent par plusieurs phases en grandissant. Vous vous rappelez peut-être vous même l'époque de la maternelle, pendant laquelle le jeu que vous jouiez avec vos amis ou seul était la chose la plus importante du monde à vos yeux. Et vous vous rappelez peut-être aussi la soif de connaissance qui vous a envahi lorsque vous êtes entré en primaire. Les besoins de l'enfant ne sont pas les même à tous les âges. À l'école IA, nous croyons (et cela est soutenu par les neurosciences, par nombre de recherche en psychologie de l'enfant et en pédagogie) que l'enfant de moins de 6 ans a besoin de jouer et que l'enfant de plus de 6 ans se concentre plus sur un mental en quête de savoirs. Pour nous, c'est aussi absurde d'empêcher un enfant de moins de 6 ans de jouer que d'empêcher un enfant de plus de 6 ans d'apprendre tout sur les espèces animales, d'apprendre à multiplier, ou d'apprendre l'histoire de l'Europe. Cela peut tout de même se faire de manière ludique, mais le jeu n'est plus la priorité. Pour autant, on veille aussi aux autres besoins des enfants de l'école primaire : ceux-ci continuent à avoir besoin de bouger, d'imaginer librement, ils continuent à avoir besoin de sécurité affective, d'accompagnement socio-émotionnel... nous continuons à veiller là-dessus au primaire aussi. Et ils continuent à avoir besoin de jouer aussi : c'est pourquoi il y a les récréations et c'est pourquoi le mercredi reste une journée en option, et non-académique.





Après l'école IA...

Y aura-t-il une école primaire ?


Oui, l’école IA sera au moins un kindergarten (école maternelle) et une primary school (école primaire). Le kindergarten (école maternelle) ouvrira en septembre 2022. La primary school (école primaire) ouvrira en septembre 2023 : ainsi, les enfants qui entrent au kindergarten (école maternelle) à 5 ans feront partie de la première classe de CP de la primary school (école primaire) l’année suivante. À l’école primaire, les âges ne seront pas mélangés en permanence du CP au CM2. En effet, nous trouvons qu’il y a beaucoup de bienfaits dans un mélange des âges total au jardin d’enfants, période encore ludique et très basée sur l’exploration spontanée. Par contre, les besoins intellectuels d’un enfant de 6 ans sont très différents de ceux d’un enfant de 10 ans. Il y aura bien des moments de collaboration et de co-apprentissage en permanence, mais les âges ne seront pas complètement mélangés du matin au soir.




Y aura-t-il un collège et un lycée ?


Il est probable qu’au moment où les élèves de l’école IA qui atteindront en premier l’âge du collège, un collège IA ouvre. Idem pour le lycée. En effet, notre pédagogie a une vue sur le long terme, avec une vision très claire sur ce que doit être le collège et le lycée (et même l’université, à vrai dire). Ouvrir un collège et un lycée représente donc une belle opportunité pour vos enfants. Toutefois, ce n’est pas pour maintenant. Aussi, notez bien que tous les élèves de l’école IA seront équipés pour rejoindre une école (que ce soit le primaire, le collège ou le lycée) publique ou privée d’un autre système. Il y a même fort à parier qu’ils seront mieux équipés que leurs camarades. Le but n’est pas d’éduquer des individus pour qu’ils ne soient adaptés qu’à notre système mais plutôt de les rendre adaptables et mieux équipés pour vivre dans le monde et pour suivre la scolarité, quels que soient leurs choix et les impératifs qui sont imposés à eux.




Mon enfant pourra-t-il rejoindre une autre école après l’école IA ?


Oui, que ce soit une école publique (voir ci-dessous), une école privée sous-contrat (qui dispense le programme de l’éducation nationale), une école à l’étranger ou une autre école indépendante, votre enfant sera préparé pour rejoindre un autre système. D’une part, il sera équipé en qualités personnelles et scolaires pour faire face à ce défi, d’autre part, il aura un bagage de connaissances équivalent, sinon supérieur, à celui attendu dans l’autre école. Enfin, nous vous accompagnerons, votre enfant et votre famille, dans cette transition le moment venu, le cas échéant.




Mon enfant pourra-t-il rejoindre une école publique après l’école IA ?


Absolument ! Si vous choisissez de retirer vos enfants de l’école IA ou que vous y êtes contraints par des facteurs extérieurs, sachez que votre enfant sera tout à fait équipé pour rejoindre une école publique. Il y a même fort à parier qu’il/elle sera mieux équipé.e que ses nouveaux camarades. Pourquoi ? Tout d’abord parce que l’école IA équipe les enfants pour la vie, pour le monde, pour les défis auxquels ils font et feront face, quels qu’ils soient. En leur donnant des forces personnelles, nous leurs donnons des forces scolaires aussi ! Dans l’école publique comme ailleurs, un enfant plein de confiance en lui, de curiosité, de réflexion, de conscience de soi et des autres… est un élève qui réussit mieux. C’est, entre autres, ces forces que vos enfants vont développer à l’école IA. Aussi, le fait d’avoir suivi sa scolarité en immersion en anglais est une chance. Les enfants bilingues sont souvent des enfants qui sont plus rapides mentalement, qui comprennent mieux les systèmes et mécanismes auxquels ils font face, et qui ont plus de logique… Tout ça parce qu’ils ont l’habitude d’utiliser et de construire ces capacités mentales dans leur multilinguisme. Les études montrent même que les enfants qui suivent une scolarité dans une autre langue que la langue du pays sont souvent meilleurs dans cette langue (en l’occurence le français) que ceux qui ont suivi la scolarité en cette langue (i.e. le français)… et bien sûr, ils sont bien meilleurs en anglais ! Enfin, bien qu’en tant qu’école privée hors contrat nous ne sommes pas obligés de suivre le programme de l’éducation nationale, nous le consultons dans les détails pour être sûr que les élèves de l’école IA pourront rejoindre ce programme s’ils le souhaitent et s’ils en ont besoin. Le cas échéant, nous accompagnerons la famille dans la transition vers le public.